Salon de l’AMT : Mly Hafid Elalamy satisfait des réalisations du secteur automobile

Le ministre de l'industrie Mly Hafid Elalamy s'est félicité de la bonne santé du secteur automobile au Maroc et a insisté sur l'importance de la formation.

Intervenant au 6e Salon de l’Automotive Meetings Tanger-Med (AMT), qui se tient du 6 au 8 février sous le Haut Patronage du Roi Mohammed VI sous le thème « convergence anticipée vers les objectifs des écosystèmes 2014-2020 », le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy s’est dit satisfait de la bonne performance du secteur de l’automobile, tout en insistant sur l’importance de la formation et de la formation continue pour gagner ce pari.

Commentant les réalisations du secteur automobile, le ministre a indiqué que celui-ci peut se réjouir d’un capacitaire de production avoisinant les 700.000 véhicules/an (500.000 par Renault, et bientôt 200.000 par PSA), en sus de la création de 163.000 emplois (97% de l’objectif 2020) et d’un taux d’intégration de 50%, soit 78% de l’objectif 2020.

Avec des réalisations d’environ 70 milliards de DH sur un objectif de 100 MMDH, le secteur est aujourd’hui le 1er exportateur au Maroc. Il place ainsi le pays au rang de 1er producteur de véhicules en Afrique. Attirant environ 3 milliards d’euros en sourcing (2 MM€ avec Renault et 1 MM€ avec PSA), ces chiffres « sont en train d’être révisés à la hausse ».

Il a rappelé par la même occasion que 200 équipementiers de l’automobile sont installés au Maroc à la faveur d’un positionnement géographique exceptionnel, d’infrastructures routières, autoroutières, portuaires et industrielles de très bonne qualité, et d’une stabilité politique etéconomique indéniable.

Objectifs du secteur : produire un million de véhicules par an

Pour ce qui est des objectifs du secteur, le ministre a rappelé qu’il fallait porter la production annuelle à un million de véhicules, et le chiffre d’affaire à l’export à 100 milliards de dirhams.

Concernant l’offre Maroc, Il a indiqué qu’elle concerne la mobilisation du foncier, avec 6 zones franches opérationnelles ou en cours, un appui financier à l’investissement pouvant atteindre 20% du montant de l’investissement, une aide à la formation pouvant atteindre 6.000 €/personne, la mise en place prochaine d’un centre d’essai automobile, ainsi qu’une offre spécifique aux joint-ventrues.


Renforcer l’attractivité du Maroc

Dans le but de renforcer l’attractivité du Maroc, Elalamy a souligné l’importance de chercher de nouveaux constructeurs pour atteindre l’objectif d’un million de véhicules/an, d’encourager les JV, de développer les commodités identifiées par les constructeurs ainsi que le volet de la formation.

Pour sa part, Mohamed Lacham, président de l’Association marocaine pour l’industrie et la construction automobile (AMICA), a rappelé l’importance de développer le volet recherche & développement. Il a également parlé de la nécessité d’intégrer le développement durable, dont le recyclage et la valorisation pour s’engager en permanence dans une économie circulaire.

De son côté, le DG de Renault Maroc, Marc Nassif, a declaré que Renault Maroc produit 10% de la production globale du groupe, en précisant que le groupe entend renforcer sa capacité de production et introduire prochainement de nouveaux modèles.

Le DG de PSA Maroc Rémi Cabon a, quant à lui, assuré que l’usine Peugeot, basée à Kénitra, débutera en 2019 son activité par la production de véhicules conçus et développés au Maroc, avec un taux d’intégration prévu à 65%.

Renforcement de l’offre de formation en faveur des métiers de l’automobile : signature de 4 conventions pour l’accompagnement en compétences des écosystèmes du secteur

Dans le cadre du renforcement du dispositif de formation, axe stratégique du Plan d’Accélération Industrielle, quatre conventions portant sur l’accompagnement en compétences des écosystèmes automobile ont été signés, lors de l’AMT 2019, par le Gouvernement, l’AMICA, le Groupe PSA Maroc et le Groupe Renault Maroc.

Ces conventions visent l’adaptation de la formation dans certains métiers de l’automobile aux besoins des écosystèmes du secteur. L’objectif est d’accompagner la dynamique que connaît l’industrie automobile en mettant à la disposition des opérateurs une offre de main-d’œuvre qualifiée qui s’adapte à la demande générée par le secteur.